• Vous trouverez bientôt sur le blogue Mil-Métiers, dont je suis la rédactrice, des renseignements sur les différentes maladies mentales.

    De plus, je compte commencer les entrevues de participants cette semaine : leurs témoignages sur leur vécu à Mil-Métiers, ainsi que sur leur maladie promettent d'être intéressants.

    Dorénavant, les ajouts sur le blogue de Mil-Métiers seront faits principalement le mercredi matin, de même que le jeudi après-midi.


    votre commentaire
  • J'ai enfin eu mon infiltration! Yes! L'anesthésiste ne me promet pas plus de 25 à 50 % de chance d'amélioration de mon état. Mais je n'avais plus rien à perdre...

    Mon amie La Cascadeuse me traite souvent de téteuse, parce que je fais des compliments aux gens. À mes yeux, une téteuse, c'est une personne qui complimente pour avoir quelque chose en retour.

    J'ai beaucoup tempêté contre le système de santé ces derniers temps, avec raison d'ailleurs. Il me semble important d'être capable de reconnaître le positif lorsqu'il y en a et de le dire aux personnes concernées.

    J'ai trouvé l'anesthésiste adroit et attentionné et le lui ai dit. C'est tellement facile de se contenter de chialer. Il faut non seulement critiquer et faire valoir ses droits, mais aussi reconnaître les comportements positifs...

    J'ai eu beaucoup de mal à apprendre ça. Maintenant que c'est chose faite, j'ai bien l'intention de continuer...au risque de me faire traiter de téteuse! Lol


    votre commentaire
  • En fin de semaine, j'ai pris le taureau par les cornes et j'ai monté un blogue pour Mil-Métiers. Ce matin. le coeur battant la chamade, j'ai donné une lettre au Directeur, dans laquelle j'expliquais mon projet.

    À peine une heure plus tard, le Directeur me faisait savoir que mon projet était accepté et que j'allais désormais travailler sur le blogue, en plus de donner des conférences! Bien sûr, je participerai encore un peu à l'atelier de bricolage et j'irai au cours de français du jeudi matin... Disons que je considère presque ça comme une "promotion ".

    Il y a quelques années, jamais je n'aurais osé prendre une telle initiative; j'aurais eu bien trop peur... Depuis que j'ai décidé de prendre des risques calculés, ma vie est bien plus à mon goût!

    Je vous invite donc à aller voir ce blogue dédié à la réinsertion sociale et à la promotion de la santé mentale : http://milmetiers.blogg.org Il n'en est encore qu'à ses premiers balbutiements, mais je compte bien le garnir dans les prochaines semaines. N'hésitez donc pas à aller y faire de fréquentes visites.


    1 commentaire
  • J'ai enfin des bonnes nouvelles à vous communiquer! L'agent d'employabilité m'a mise sur le Programme Interagir: ce programme se renouvelle automatiquement d'année en année; je pourrai être là-dessus tant que je le voudrai.  
     
    Non seulement m'a-t-il inscrite au programme sans rechigner, mais, en plus, il s'est montré compréhensif, humain et chaleureux. Et il m'a conseillé...de changer de médecin en disant que tous mes problèmes avec le BS et le centre d'emploi provenaient de formulaires médicaux non conformes à ma réalité! Il dit que la multiplicité, la récurrence et l'aggravation de mes symptômes pourraient me permettre d'être déclarée "contrainte sévère à l'emploi".
     
    Le problème, c'est que mon médecin n'a jamais voulu remplir le formulaire, prétextant que, de toute façon, je serais refusée parce que je ne répondais pas aux foutus critères de l'aide social. Mes 2 agents prétendent, eux, que si mon médecin avait accepté de remplir ce formulaire j'aurais peut-être déjà ma contrainte sévère.
     
    J'ai écrit une belle lettre à mon médecin pour le convaincre de remplir le foutu formulaire : j'ai été gentille, mais très ferme. Je veux qu'il remplisse le formulaire!
     
    Mais soyons positifs : je commence à travailler la semaine prochaine. De plus, j'ai une nouvelle prescription de calmants : en souffrant moins, la vie va être plus belle. Et puis, dans le cadre du programme, je vais suivre un cours de révision de mon français du secondaire : yes yes yes!!! J'ai l'impression de revivre! Dans le fond, j'avais juste besoin qu'on me redonne un peu d'espoir, qu'on me sorte de mon isolement et qu'on augmente mes revenus en me permettant de me rendre utile...


    votre commentaire
  • S et J sont les 2 seules professionnelles de notre troupe de théâtre; elles terminent leur cours dans un an. À la fin de leur cours, elles doivent soumettre un projet. Comme elles désirent travailler après leurs études avec une clientèle de gens différents, dans un cadre thérapeutique, leur projet de fin d'études ira dans ce sens : elles monteront une pièce avec des gens ayant eu un problème de santé mentale. Et comme elles me trouvent bonne (moi aussi, je me trouve bonne, je suis à la veille de ne plus passer dans le cadre de porte, moi!), elles veulent m'avoir.

    S m'avait déjà parlé de ce projet et demandé s'il m'intéressait. Mais j'étais convaincue qu'après avoir vu tous les problèmes que j'avais avec ma mâchoire, et les mauvais tours qu'elle pouvait nous jouer lors des représentations, elle ne voudrait plus de moi...

    Je me trompais! Elle m'en a reparlé aujourd'hui même! J'avoue que ça me fait bien plaisir! À moins d'avoir la gueule dans le plâtre, c'est sûr que je vais vouloir être du projet! Au pire, je ferai encore vivre la compagnie de Tylenols! Mais, en même temps que ça me fait plaisir, ça me torture un peu : je les vois, elles, devenir professionnelles et faire ce que je voudrais faire. Et ça m'est refusé... Moi, du théâtre, j'en ferais volontiers toute ma vie. Je commence à me demander si ça ne me valorise pas encore plus que l'écriture... Mais il est exclu de penser en faire un jour autant que je le veux et encore plus exclu de penser en tirer un quelconque revenu! Mais ça me fait chier, d'être réaliste!!! Il reste que je suis tout de même pas mal assurée de refaire du théâtre un jour; c'est réconfortant!

    Alize ne comprend pas que je lui dise que je ne me sens jamais autant moi-même que lorsque je joue un personnage. C'est pourtant très simple! Lorsque je joue, je me sers des forces qui sont en moi, de mon énergie, de mes émotions, de...ce que je suis. Ça me permet d'exploiter à fond des capacités que mon quotidien ne me permet pas d'utiliser vraiment. Si on me demandait ce que je suis, je répondrais volontiers que je ne peux être autre chose qu'une artiste : une artiste qui utilise autant la plume, que son corps et sa voix pour créer... Mais ce qu'il faut retenir c'est...que lorsque je ne peux créer, je meurs un peu...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique